• Bon, vous dire le contraire serait un mensonge,  il pleut assez régulièrement en NZ…  Certaines photos que vous avez déjà vu en témoignent !

    Mais, il n’y a pas que la pluie dans ce pays, bien au contraire ; il y a surtout la mer, avec toute la beauté que cela sous-entend. Ces derniers jours, nous avons beaucoup fréquenté la côte et avons par conséquent eu l’occasion d’admirer l’océan, de nombreuses îles et des plages merveilleusement belles. Mais l’eau dans ce pays, et bien, elle est partout, à chaque coin de prairie ou de forêt… et donc nous avons marché au pied de chutes d’eau et le long de rivières toutes plus rafraichissantes les unes que les autres.

    Nous avons débuté avec la Karikari peninsula et la Doubteless Bay, où nous avons fait étape à Mangonui pour déguster le meilleur fish & chips de NZ, THE BEST ONE on vous dit ! En tout cas, de renommée mondiale. Il faut avouer que le poisson était frais et divin.

    C’est à Kerikeri que nous aurons vu la plus belle chute d’eau, mais celle de Whangarei n’est pas mal non plus, à vous d’en juger :

     

    Toujours à Kerikeri, nous vives les 2 plus anciens bâtiments en pierre de NZ, de 1822 et 1836, car il ne faut pas oublier que la NZ est « récente », si l’on considère que son histoire commence avec l’arrivée des colons ! Nous aurons également marqué un arrêt dans la 1ère capitale de NZ vers 1840, Okiato, tout près de Russell que nous avons gagné en ferry, ville de la plus ancienne colonie européenne de NZ.

    Notre KIWIGO nous mena également du coté de Kawakawa pour voir quelque chose d’exceptionnel… suspense… roulement de tambour… des toilettes ! Oui mesdames, oui messieurs, des toilettes, comme quoi des fois, faut pas grand-chose pour s’extasier ! Non, sans plaisanter, disons que ces toilettes publiques seraient les « plus belles du monde », mais je pense que seul votre jugement sera à même de confirmer ou d’infirmer, à vous de voir !

     

    Mais les 2 aventuriers ont surtout pu admirer l’océan pacifique, ses vagues fouettant les rochers. Il s’est offert à leurs yeux, parfois d’un vert émeraude, souvent d’un bleu turquoise, laissant voguer de nombreux bateaux de pèche ou de plaisance et transportant dans ses eaux les 1ers dauphins qu’Aurélie et Maxime auront vu dans ce pays.

     

    Nos nouveaux Kiwis n’auront pas manqué l’occasion de continuer à arpenter les beaux sentiers des forêts, entre deux… avant de vous montrer bientôt, à nouveau des photos d’eau… mais peut-être vue d’en bas celles ci…


    4 commentaires
  • On monte, on monte, on ne s’arrête plus ! (vous pouvez voir notre progression sur la carte à droite de cette page.)  Nous filons donc à vive allure vers le Nord, un peu plus au nord comme dirait Trifon Tournesol… mais avant de l’atteindre, nous restons aux aguets et surveillons la moindre opportunité d’en profiter, de se faire plaisir et de se balader.

    Que dire par exemple de cet arrêt à Ngawha Springs où  nous nous sommes délectés pendant 2H, immergeant nos corps fragilisés par ce rude climat dans des eaux bouillonnantes aux vertus thérapeutiques. Petit bémol, l’odeur, engendrée par la présence de sulfure et mercure… Aurélie n’a pu aller au delà de 40°, Maxime est allé jusqu’à 43°…

     

     

    Bien sur que ce doux repos était mérité ! Vous en étonnez-vous ? Avant cela, les 2 baroudeurs que nous sommes avions débuté la journée pied au plancher, par une balade au réveil, avec une vue 360° sur la mer ; nous aurons effectué un stop au pied de la statue de la dolphine Opo, qui venait jouer avec des enfants à Opononi il y a de cela plusieurs décennies.

     

    Place ensuite aux Wairere Boulders, des énormes rochers ronds, tous droit dégringolés de la colline et accumulés au fond de la vallée, le long d’un torrent. Petite balade rafraichissante !

    Nous aurons bravé les limites mécaniques de notre camping car, allant jusqu’à la panne d’essence (Maxime voulait savoir combien de kms on ferait avec un plein, et bien maintenant il le sait ; heureusement que nous avions le bidon…) ; nous aurons emprunté des pistes durant des kms pour se retrouver isolés, au bout du bout, nez à nez avec l’océan, ses plages de sable fin. Aurélie est particulièrement tombée amoureuse de la plage de sable blanc de Rarawa.

     

    Afin de nous restaurer, nous avons planté notre demeure le temps d’une nuit, aux abords d’un pub local où nous fîmes l’heureuse rencontre de Johnny & Johnny, un vieux « couple » de briscards, arpentant les routes afin de vendre des biscuits. Accompagnés par quelques pintes de la bière locale, la Lion Red que nous avons gouté bien sur, ils nous ont parlé des heures durant, partageant même leur Fish & Chips. C’est pour cela aussi que nous voyageons, pour rencontrer ce genre de personnes

     

    Enfin, avant l’arrivée au grand nord, nous aurons gravi d’immenses dunes de sable, plus hautes les unes que les autres, et observé de jeunes excités s’élançant sur des planches et dévalant les pentes endiablées.

    Et pourquoi tout ce chemin me direz-vous ?

    Pour parvenir à Cape Reinga, la pointe la plus au nord de NZ. Certes il y a la vue magnifique, certes il y a ce phare qui donne du cachet à l’endroit mais ce n’est pas tout… en tout cas pour les maoris… situé dans une région très importante pour les maoris, de nombreuses croyances se rattachent à ce lieu. Te Rerengua Wairua pour les maoris, Cape Reinga serait le point de passage pour les morts ; les esprits voyageraient le long de la « 90 mile beach » (cote ouest de la pointe nord) jusqu’ici, pour descendre vers Pohutukawa, un arbre de 800 ans, dont les racines permettraient d’accéder au monde d’en dessous (Reinga). Une fois en dessous, les esprits passeraient par le point de rencontre de la mer de Tasman et de l’océan Pacifique, pour finalement rejoindre le pays des ancêtres  (Hawaiki) au niveau des Three Knights Islands, groupe de 3 iles à quelques kms encore plus au nord.

     


    7 commentaires
  • Place à l’immensité, mère nature nous dévoile toute sa démesure. Mais, pour y parvenir, il faut parfois braver les éléments que cette même nature nous impose.

    Que nenni les amis, ce n’est pas quelques gouttelettes qui vont nous arrêter. Malgré les averses redondantes en ce moment, nous voulions voir de nos propres yeux ces énormes arbres millénaires, les KAURIS. Dans 2 forêts différentes, nous nous sentîmes affreusement ridicules devant ces géants, de par la taille et de par leur âge. Vous apercevrez sur les photos des Kauris de 1200 et 2000 ans respectifs : Tane Mahuta, le seigneur de la forêt, 51m de haut, 14m de circonférence ; Te Matua Ngahere, le père de la forêt, 30m de haut, 16m de circonférence.

    Le kauri est un conifère, autrefois omniprésent dans le Northland (Etat le plus au nord du pays). Il a été énormément exploité pour sa résine et il est maintenant protégé de par sa rareté. Il prédomine des forêts tropicales, remplies de fougères et autres espèces, formant le « bush » dans le langage kiwi.

    La Waipoua Forest regroupe les ¾ de Kauris du pays et l’on comprend aisément pourquoi elle se nomme ainsi : Waipoua signifie « la forêt où il pleut la nuit » en maori… même si selon nous, ils auraient dû rajouter : et le jour !


    8 commentaires
  • Voilà, l’aventure, la vraie a commencé. Nous prenons la route, pied au plancher, direction le Nord, pour arriver à Cape Reinga d’ici quelques jours, la pointe tout en haut les amis.

    Petit à petit, nous prenons nos marques avec le camping-car et la conduite à gauche n’a déjà plus de secret pour max le pilote. Aurélie attendra surement les beaux jours pour s’adonner à ce plaisir.

    Nos premières balades seront dédiées à la Whangaparaoa peninsula où nous franchîmes les collines de shakespear park et au Tawharanui park. Ce sera pour nous l’occasion de côtoyer nos 1ers troupeaux de moutons et de vaches. Quel plaisir de marcher à travers bois, de franchir des portails pour slalomer entre les bestiaux au milieu de champs à perte de vue…  Seul le bleuet de la mer parvient à rivaliser avec ce vert omniprésent.

     

     

    Ce fut également l’occasion de rencontrer le PUKEKO (pour une imitation complètement bidon de son cri:

    ) ; cet oiseau échassier possède de jolies teintes bleutées à son plumage. Il est pour le moment, après quelques jours, le 3ème animal le plus répandu (après vaches et moutons bien sur).  Nous avons aperçu également pas mal de chevaux au loin dans leurs prés, mais aussi des « wood pigeons » ou KUKUPA en langage local, un paon, des daims et un dindon et un faisan. Ainsi que différents oiseaux encore inconnus de nous autres, pauvres incultes. Rien de vraiment original pour le moment… Nous avons espéré voir des kiwis dans le sanctuaire pour animaux  de Tawharanui mais nous avons fini par comprendre qu’à moins de revenir de nuit, il serait impossible d’en apercevoir un. Prochaine fois ! Pour info, il existe plein de parcs comme celui-ci en NZ où divers animaux nuisibles (oppossums, furets, chats, rats) sont éradiqués afin de réintroduire des espèces menacées, le kiwi notamment.

    Nous aurons également fait des arrêts du coté de Snells beach, cape Rodney et Goat Island (ile de la chèvre) où nous aurions bien aimé plonger au milieu d’une réserve marine.

     

    A noter qu’il n’y a jamais eu de chèvre dessus mais l’origine du nom est quelque peu compliquée à expliquer, dommage ! Il faudra patienter, car une chose est sure pour le moment, le temps fait des siennes. Nous n’avons eu qu’une journée sans pluie mais il ne faut pas oublier que c’est encore l’hiver ici, il faut être patient !


    8 commentaires
  • Chose promise, chose due : voici en exclusivité les premières photos de notre camping car, enfin emménagé et décoré !

    Mais comment l’avons-nous trouvé d’abord ? Et bien, lors de notre journée spéciale visite de camping cars, nous nous sommes arrêtés chez un concessionnaire chez qui des particuliers déposent leurs camping cars à vendre. Au départ, nous n’étions pas du tout partis pour voir celui là. Cependant, le vendeur nous a orienté vers celui-ci car, plus récent il serait plus facile à revendre dans un an et apparemment nous aurions pu faire une bonne affaire niveau prix. En effet, Kerry (le vendeur) s’est chargé de négocier le prix auprès de la propriétaire du camping car et nous l’avons finalement eu 10 000$ moins cher !!! Très sympa, Kerry s’est occupé de toute la paperasse et de l’assurance. Nous sommes donc parés !

    Suivant ses conseils, nous avons passé nos 2 premiers jours sur un parking de centre commercial où nous avons pu, même s’il était très propre à la base, astiquer notre maison roulante de fond en comble : placards, banquettes, plaque électrique, frigo, salle de bain, lit, vitres (même les joints où il commençait à y avoir de la mousse, beurk !), sol, cabine de pilotage et enfin vaisselle. Car oui, notre camping car était déjà bien équipée : vaisselle, duvet, couverture, torchons et toute sorte de produits d’entretien, fil à linge et épingle, etc…

     

     

     

     

     

     

    Une fois le ménage fait, on a pu s’attaquer à la déco : et oui, histoire de se sentir chez soi. Nous avions fait imprimer des photos de nos proches en France, que nous avons collées un peu partout. Certains nous avaient offert ou dessiné des objets de déco, qui ont aussi trouvé leur place. Nous n’avons bien entendu pas oublié de faire des courses de nourriture pour remplir nos placards mais aussi des petits accessoires de rangement pour nous rendre la vie à bord plus pratique (petites panières à sous-vêtements, boîtes à médicaments, crochets, etc …).

     

    Nous avons ainsi pu prendre notre premier p’tit déj’ et faire notre premier repas dans notre nouvelle maison samedi. L’aventure commence enfin, à nous les joies des « dump stations » (stations de vidange pour les eaux usées). Il existe aussi énormément d’endroits pour remplir le réservoir d’eau potable, se brancher pour avoir du 220 volt dans le camping car. Nous avons également commencé la route, idéale pour recharger les batteries du CC mais surtout en prendre plein la vue !!!!


    5 commentaires
  • Aujourd’hui nous sommes vendredi et nous disons “bye bye” à Auckland. Nous aurons donc passé presqu’une semaine dans cette ville, à dormir 6 nuits dans une auberge de jeunesse située sur K’ (= Karangahape) road. Cette rue, autrefois connue pour ses bars à filles de joie, reste de nos jours, très multiculturelle, voire même un peu « craignos » à certains endroits. L’auberge quant à elle était propre, simple mais bien équipée (internet et p’tit déj’ gratos) et les p’tits managers chinois très sympas.

     

    Durant ces quelques jours, nous avons arpenté la ville (arpenté est très adéquat puisqu’il ne doit pas y avoir une seule rue plate !!!). Queen Street, que nous avons du au moins emprunter 2 fois par jour, est l’avenue principale du centre ville d’Auckland, de part sa longueur et de part sa richesse en magasins et services en tout genre (banques, restos asiatiques…). Un des symboles touristiques de la ville, la Sky tower, ne passe pas inaperçue. Les plus téméraires n’hésitent pas à sauter du haut de ses 328m.

     

    Nous avons vu également d’autres parties de cette ville portuaire, comme les quais et les docks, d’où nous avions une très belle vue sur le golfe d’Hauraki.

    La visite du quartier artistique et branché de Parnell a été  tronquée en raison d’averses « imprévues »  lol. Nous avons aussi traversé quelques parcs, tous nommés « reserves » (même de petits squares), pour notamment aller visiter le musée d’Auckland, le plus grand musée du pays. Nous y avons découvert différents éléments de la culture néozélandaise (passée et présente) mais nous nous sommes surtout attardés sur la partie maorie du musée. Là, nous pu admirer masques, totems, maisons, canoë de guerre etc…. Afin de respecter une coutume maorie, nous nous sommes lavés les mains, chose qu’il faut faire en quittant tout lieu sacré contenant des objets maoris.

     

    Auckland city et l’auberge de jeunesse c’est fini. Place maintenant au camping car, à la route, à la nature, à l’aventure…

    Nous venons de prendre possession de notre maison roulante et vous le bichonnons pour une séance photos à venir… En attendant, nous vous mettons au défi de lui trouver un nom ! Démenez-vous, faites preuve d’originalité et nous choisirons notre préféré !


    15 commentaires
  • Les recherches de camping cars terminées, nous avons pu commencer à visiter un peu la ville. Nous avons d’abord choisi le quartier historique, à l’ouest de centre ville d’Auckland, essentiellement composé de maisons coloniales. Nous allons vous narrer 6 petites anecdotes sur cette partie de la ville.

    1. Water Reservoirs : Dans les années 1980s, les murs de ce réservoir d’eau ont été peints par des artistes militant contre les armes nucléaires. Ces artistes faisaient partie du mouvement anti-nucléaire en Nouvelle Zélande dans les années 70 et 80, notamment en réponse aux essais nucléaires français dans le Pacifique. A la suite de çà, le gouvernement néozélandais a déclaré le pays « pays anti-nucléaire ».

    2. Voici maintenant l’histoire de cette égl…. Et non, ce n’était pas une église mais une ancienne caserne de pompiers !

    3. Cette fois-ci c’est bien une église….ah non, mince, c’est l’ancienne poste de Ponsonby ! Cette poste a été cambriolée en 1920, et comment ?! Le criminel est d’abord allé chez le directeur de la poste et l’a tué pour lui prendre la clé de la poste dans sa poche. Ensuite, ils a tout simplement ouvert le coffre et s’est servi !!! Il a finalement été arrêté grâce à ses empreintes (les experts existaient déjà à l’époque !!!) et a été pendu…

    4. Renall Street : Les maisons de cette rue sont restées d’intactes « cottages » (= petites maisons / maisons de campagne) d’ouvriers construites dans les années 1860. Pour préserver l’héritage de la ville, la mairie d’Auckland a classé cette zone « zone protégée ».

    5. Victoria Park : il servait de morgue de plein air pendant la Première Guerre Mondiale pour se débarrasser des victimes de l’épidémie de grippe. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le parc s’est transformé en camp militaire américain. Les Américains étaient mal vus par les kiwis car ils traînaient trop dans les bars et draguer trop. Les néozélandais les considéraient comme des : « bedroom commandos who were over-paid, over-sexed and over here » ( des commandos de chambre qui étaient trop payés, trop basés sur le sexe et ici ». Désolé mais le jeu de mot est plus flagrant en anglais !!!


    2 commentaires
  • Hi everyone,

    Alors voilà, nous sommes déjà le 1er Septembre et vous devez vous demander ce qu'on devient.

    Et bien ça va, pas encore bouffés par un kiwi

    Trêve de plaisanterie, nous ici, on déconne pas, on se bouge et nous sommes efficaces, oui oui !

    • Ouverture du compte bancaire: Done ! Fait en 20min, 1 carte chacun, 1 compte commun, le tout pour :contenu pour l'année... (on va être obligé de travailler plus rapidement pour couvrir les frais bancaires)
    • Télécommunication: Done ! Nous avons acheté une carte SIM pour être surtout joignable sur notre portable. Puis, nous nous sommes équipés d'une clé 3G, à brancher sur l'ordinateur pour avoir internet à peu près partout durant notre trip.
    • IRD Tax Number: Almost Done ! Ici, pour travailler, il faut être "identifié par un numéro de travailleur" et il faut donc le réclamer, chose que nous faisons actuellement.
    • Camping-car (ou maison roulante pour nous): Almost Done ! Haha, vous désirez tous savoir hein ?! Et bien sachez qu'à priori on l'a trouvé, ça y est.

    Nous avons tout d'abord sélectionné plusieurs annonces de "campervans" sur internet. Le seul vu à Auckland avait 21 ans et était pourri. Ensuite, nous avons été chez un papy, à environ 45min de la ville. N'ayant pas de moyen de locomotion, son fils nous a gentiment véhiculé, accompagné d'un ami et de son fils de 6 ans, Adam.

     

     

     

     

     

     

    Aurélie est devenue son amie au cours des quelques heures passées en voiture. Car en effet, ils nous ont même baladé autour de la ville, jusqu'au Mont Wellington du haut duquel le panorama sur Auckland était très sympa.

    Les autres annonces étant toutes éloignées, nous avons loué une voiture mardi. Très facile (1 coup de fil, ils sont venus nous chercher devant notre auberge de jeunesse, 2 conducteurs sans contrainte), très pas cher (25€ pour 24H, kms illimités) et très plaisant (voiture spacieuse boite automatique).

     

     

     

     

     

     

     

    Lors des 1ers hectomètres peu évidents car il fallut apprendre à conduire à gauche et s'habituer à la boite auto, la mission devenait impossible car ... nous n'avions pas de clignotants ! Demi-tour, changement de voiture et on repart hihi.

    En 8H, nous aurons vu 6 camping-cars. Aie aie, pas évident de choisir. A vrai dire, on hésite encore...

    ... pourriez-vous nous aider dans cette tâche peu évidente ?

    Voici 2 photos de chaque modèle, dépéchez-vous de nous dire lequel vous préférez !

     


    9 commentaires
  • Les 2 aventuriers ont quitté la France Jeudi à 14H et auront foulé le sol newzealandais le samedi à 11H pour la 1ère fois. (Petit rappel, otez 10H pour avoir l'heure française)

    ECHAUFFEMENT

    Allez, on commence par plus de 4H de train, de Bordeaux à Paris. Nous étions accompagnés de Laure et Julien, en route vers l'Australie. Ils nous quitterons à Hong-Kong, où nos routes devaient se séparer.

    Un grand merci à tout ceux qui seront venus nous dire au revoir jusqu'au pied du train à 6H du mat' et de l'avion à 14H.

    LE GROS N'AVION

    1ère couche: 10H de Paris à Hong-Kong. Personnel  et service agréables, bons films à regarder mais de grosses difficultés à trouver le sommeil.

    HONG-KONG

    La compagnie Cathay Pacific a son fief à Hong-Kong et nous avons demandé à rester toute une journée afin d'avoir l'opportunité de cotoyer les chinois. Arrivés à 7H, nous repartirons de la plus anglaise des villes chinoises à 21H.

    "Hong-Kong, c'est verdoyant"

    Dès notre sortie de l'aéroport, nous fûmes saisis littéralement par la chaleur étouffante... plus de 30° et 75% d'humidité; vous voyez le truc ?!

    Nos 1ers pas en terre orientale auront été lourds et pénibles. Avant cela, pour gagner la ville, un train-métro resplendissant nous permis d'apercevoir petit à petit les contours de la ville. "C'est verdoyant", s'est exclamée Aurélie lorsque nous vimes les vertes collines entourant la ville.

    Nous avons arpenté à pieds de larges rues, bondées de véhicules où taxis rouges avaient une place prépondérante. Des publicités partout, l'absence de réels trottoirs ,remplacés par des passerelles, et la grandiosité générale bien interprétée par les nombreuses tours ont tout de suite fait forte impression.

    Le peu de force de nos 2 héros leur ont permis de grimper  (aidés c'est vrai par le tram) jusqu'au point culminant de la ville afin d'observer cette New-York bis. Un constat indéniable: il y a beaucoup d'immeubles, qu'on se le dise !

    Un mini-tour en bateau pour gagner l'autre rive, quelques piécettes pour s'acheter un petit plat de nouilles et hop, retour à l'aéroport pour se reposer durant quelques heures avant le nouveau départ. Cette ville nous aura quand même laissé une impression étouffante.

    LE GROS N'AVION 2

    2nde étape, même principe, même durée. Mais cette fois, l'avion est très peu rempli et nous avons donc pu prendre nos aises et dormir plus facilement quelques heures... ouf, on en avait besoin.

    C'est donc légèrement ragaillardis que nous sommes arrivés à bon port, le vrai, le seul, celui que nous désirions voir depuis des mois, celui qui hantait nos rêves ces dernières semaines... Auckland, la plus grosse ville de NZ !!!


    7 commentaires