• Golden Bay

    De l’or, nous voulons de l’or ! Mais pas l’or auquel vous pensez, l’or, ça peut se dépenser, fondre ou être perdu, ce n’est pas top. Non, nous accumule les souvenirs et les images en or, alors quoi de mieux que d’atteindre la Golden Bay (La baie dorée) pour y parvenir ?

    Cette région côtière du nord ouest de l’ile nous a offert plein de choses différentes à voir et c’est là toute sa richesse.

    Nous continuons à reprendre le rythme des randos par des marches intéressantes. En forêt parfois presque équatoriales, en contrebas d’une chute d’eau, au sommet de collines à la vue vertigineuse, sur une plateforme chevauchant un cours d’eau, au bord de la source d’eau la plus pure de l’hémisphère sud, au milieu de véritables dunes de sable dignes du Sahara ou enfin aux abords de splendides grottes à stalactites.

     Les forêts sont justifiées par un climat humide une bonne partie de l’année mais aussi un été chaud, de parfaites conditions. Les chutes d’eau et les collines, vous savez maintenant ?! Y’en a partout dans ce pays ! Mais comment expliquer presque marcher sur l’eau ? Tout simplement lorsqu’une ancienne station hydroélectrique a construit un petit ruisseau à flanc de montagnes et qu’à présent nous nous y promenons. Les grottes sont le résultat du travail fastidieux de l’eau et de l’érosion de ces quelques derniers millions d’années. La source d’eau pure de pupu spring est essentiellement due à la qualité de ses sous-sols qui jouent un excellent rôle de filtre. Sous l’eau, vous pouvez voir jusqu’à 63m autour de vous. Pas étonnant que les maoris aient déclaré ce site sacré. Enfin, les dunes de sable proviennent de Farewell Spit, le plus long banc de sable du monde, s’avançant de36 kms dans l’océan. Il y a bien longtemps, l’avancée de sable atteignait l’ile du nord. Le début est recouvert de dunes arides dans lesquelles nous nous sommes assoiffées quelques heures.

    Mais nous ne voudrions omettre de parler des plages à perte de vue, parsemées de cygnes noirs et autres volatiles. La plage de Kaiteriteri et son lagon s’offrent à nous des heures durant. Par contre, nous n’aurons pas eu la chance d’apercevoir le petit pingouin bleu, le plus petit des pingouins. Il est pourtant présent en bord de mer dans certains coins ici. Plus tard, finalement, il ne faut pas se plaindre, ces derniers jours étaient déjà bien dorés comme ça…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Mardi 1er Février 2011 à 09:52

    on est contents de pouvoir vous redonner à tous des nouvelles, et qui plus ait si elles vous font rêver !

    Et non Nanou, je ne suis pas née un vendredi mais un samedi, c'est pas loin !!!!

    3
    tatamimi
    Lundi 31 Janvier 2011 à 18:52

    Mon Dieu... que la Terre est belle ! Et comme je suis heureuse que vous puissiez vivre ces moments ... Vous allez revenir riches, si riches ...! que de choses emmagasinnées dans votre boite à souvenirs... Et nous qui somme là, immobiles, statiques, passifs, urbains, citadins, pollués, agacés, fatigués, névrosés, blasés... mais si heureux de partager ça avec vous !!!!!!


    Toute cette verdure me fait un bien fou, et j'ai adoré la cabane au fond du jardin avec les pingoins !! Les mouvements de sables gris, sont superbes !! les cours d'eau sont magnifiques ! Merci, merci, merci !!! 

    2
    ferrier nadia
    Samedi 29 Janvier 2011 à 11:17

    il est vrai qu'on avait hésié à t'appeler ''Robinson'', glout ne serait elle pas née un Vendredi???

    1
    Jiraldine
    Jeudi 27 Janvier 2011 à 22:27

    Haaaa enfin des nouvelles ! Mais c'est qu'on commençait à s'inquiéter, nous, et à s'ennuyer !


    Bon ben on va pouvoir dormir tranquille, à présent... En attendant des petites nouvelles personnelles, rien que pour nous...


    Amusez-vous bien, marchez bien et embrassez les pingouins pour nous, si vous les voyez !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :